Royal Audience granted by Her Majesty Queen-Mother Norodom Monineath Sihanouk to His Highness Prince Sisowath Ravivaddhana Monipong

On Friday 10th June 2016, in Phnom Penh,  Her Majesty Queen-Mother  Norodom Monineath Sihanouk granted me the honour of a Royal Audience in Kantha Bopha Pavillion at 11.00 a.m.

20160610_124015

On this occasion, I presented to Her Majesty my respectful wishes for Her 80th Birthday, which will be celebrated on June 18th and presented the Queen-Mother the special gift that Mr. Ferruccio Ferragamo, Chairman of Salvatore Ferragamo, sent to Her Majesty, knowing that his brand has been the favourite of Queen Monineath for numerous decades.

20160610_110758 1

Were also present HRH Princess Samdech Sisowath Pongneary Monipong, my beloved Aunt, HRH Princess Samdech Reach Botrey Preah Anoch Norodom Arunrasmy and Her daughter, HRH Princess Norodom Reasmey Ponita.

20160610_124150

Royal Audience granted by His Majesty King Norodom Sihamoni to His Highness Prince Sisowath Ravivaddhana Monipong

On Sunday 1st May 2016, in Phnom Penh,  His Majesty Preah Karuna Preah Bat Samdech Preah Boromneath King Norodom Sihamoni granted me the honour of a Royal Audience in Khemarin Palace at 11.00 a.m.

 

Scan10002
Kneeling down in front of my Most Revered Sovereign

 

Scan10005
His Majesty benevolently listening
Scan10001
Royal Embrace before leaving

Funérailles de Son Altesse Royale le Prince Sisowath Essaro: la Cérémonie des 100 jours

Article de Philippe Delorme, paru dans “Point de vue” la semaine du 6 novembre 2004

Dans La Serenite Bouddhisque 02

Dans La Serenite Bouddhisque 03
Son Altesse Royale le Prince Sisowath Tesso, fils du Défunt

Dans La Serenite Bouddhisque 04

Dans La Serenite Bouddhisque 05
Son Altesse Royale le Prince Norodom Preyasophon, le gendre du Défunt

Dans La Serenite Bouddhisque 01 6.11.04

Article in “Oggi”, Italian Weekly Magazine, 23 March 1956

 

 

pag41

 

SUCCEDE AL FIGLIO SUL TRONO DI CAMBOGIA.

Phnom Penh (Cambogia). Il re Norodom Suramarit insieme alla regina Kossamak siede sul trono nel giorno dell’incoronazione. Vestito dei tradizionali paludamenti d’oro con il copricapo a forma di cono splendente di perle, il re Norodom  ha ricevuto per molti giorni  l’omaggio dei suoi sudditi, mentre in tutto il paese avevano luogo le cerimonie e i festeggiamenti ufficiali. Egli ha sessanta anni e sul trono di Cambogia – uno dei regni semindipendenti dell’Indocina – ha preso il posto del figlio Sihanouk che è diventato in compenso primo ministro e capo del governo. A sua volta, Sihanouk era stato scelto come re dalla nonna materna, che aveva regnato prima di lui. La Cambogia ha quattro milioni di abitanti.

copertina

 

 

Coronation of His Majesty King Norodom Suramarit and of Her Majesty Queen Sisowath Kossamak Nearirath Serey Vatthana, Phnom Penh 6th March 1956

 

03 (2)
His Majesty King Norodom Suramarit and Her Majesty Queen Sisowath Kossamak Nearirath Serey Vatthana

Article published in “Jours de France”, week of 17 to 24 March 1956

02 pulito

04 pulito
From left to right, HM King Norodom Sihanouk, HRH Prince Sisowath Monireth, HRH Prince Sisowath Monipong, HE Penn Nouth, HE Leng Nget, HE Sam Sary

 

05 con didascalia

Démobilisation des Princes Sisowath Monireth et Sisowath Monipong

SAR le Prince Sisowath Monireth, jeune officier au 1er RE
SAR le Prince Sisowath Monireth, Prince héritier du Cambodge en uniforme de sous-lieutenant au 1er RE

Entrefilet dans la rubrique des “nouvelles brèves” du Figaro du 1er Novembre 1940 au sujet de la démobilisation de mon grand-père, le Prince Sisowath Monipong et de son frère aîné, le Prince Héritier Sisowath Monireth

Figaro 1 novembre 1940  Figaro 1 novembre 1940 estratto

“Ancien élève de Saint-Cyr et sous-lieutenant au 1er Etranger, le Prince Sisowath Monireth, prince héritier du Cambodge et le Prince Sisowath Monipong qui s’était engagé dans l’aviation après avoir obtenu son brevet de pilote, viennent d’être démobilisés. Ils se sont tous deux retirés à Nice”

Mon grand-père, SAR le Prince Sisowath Monipong en uniforme de sous-lieutenant de l'armée de l'air française en août 1939
Mon grand-père, SAR le Prince Sisowath Monipong en uniforme de sous-lieutenant de l’armée de l’air française en août 1939

Le Roi Sisowath Monivong et Les Sables d’Olonnes à la Belle Epoque

« On se rappelle qu’en 1906, après son couronnement, le Roi du Cambodge, Sisowath, qui vient de décéder, avait fait un assez long voyage en France, qu’il était venu visiter sous la conduite officielle de l’ancien maire et député des Sables, M. Fernand Gautret, alors administrateur en Indochine.

FGautret

Le Souverain était accompagné de son fils aîné, le Prince Monivong, qui comptait à peine la trentaine. Après le départ de son Père pour l’Extrême-Orient, le jeune Prince mit à profit son séjour en France pour y parfaire ses hautes études.

Il parlait déjà admirablement le français et d’esprit très ouvert et des plus cultivés, il s’ingéniait à découvrir et à assimiler toutes les finesses de notre langue. Il admirait sans réserve notre civilisation et nos institutions et s’adonnait plus encore à l’étude des arts et en particulier de notre archéologie.

Entre temps, il avait obtenu de notre gouvernement de compléter ses connaissances militaires. C’est ainsi qu’en Septembre 1907, il sortait de Saint-Maixent comme sous-lieutenant et qu’en cette qualité, il vint aux Sables à la fin de la « saison » en compagnie de son capitaine instructeur, M. Collet, qui lui avait été spécialement attaché pendant son passage en France.

Nous saluons dans la circonstance, la mémoire de ce brillant officier, qui chef de bataillon au moment de la guerre tombait pour la Patrie dès le début des hostilités.

Le Prince Monivong s’était installé avec la famille Collet dans la villa des Algues , sur le remblai. En son honneur, il y eut réception à la Sous-Préfecture, ou il tint les uns et les autres sous le charme de sa conversation et de son érudition.

Avant toutes autres stations, comme Deauville ou Biarritz, qu’on avait voulu lui faire connaître, il préférait notre plage et il s’y liait d’amitié avec nos compatriotes Lacouloumère et Mayeux, avec lesquels on pouvait les voir excursionner chaque jour, ou passer ses soirées au Grand Casino.

Preah Monivong

De caractère sérieux, mais d’une aménité charmante, ne disait-il pas avec humour à l’un d’eux, au moment de quitter notre ville : « Comment ne pas se plaire dans votre merveilleux pays, quand on y constate que l’Amour lui-même s’y est organisé comme perruquier », faisant ainsi allusion à la maison de coiffure de M. Lamour qui habitait place de l’Eglise, où il se faisait raser chaque matin.

Nous savons que le Prince Monivong a toujours conservé le meilleur souvenir des Sables.

re MOnivong

Que Sa Majesté veuille donc bien nous permettre, à l’occasion de son avènement au trône du Cambodge, de lui formuler le plus respectueux hommage de nos vœux sincères de bonheur et de santé.

La population sablaise serait grandement honorée, si se rendant en France après son couronnement, le Prince Monivong comme autrefois, venait nous revisiter et se reposer chez nous. Nous lui ménagerions l’accueil le plus déférent et le plus enthousiaste, dû non seulement à cet insigne ami des Sables, mais plus encore à ce grand souverain colonial, fervent ami de la France »

Le Syndicat d’Initiative des Sables d’Olonnes in « La Vendée  Républicaine », août 1927